Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mariehelenechiocca.over-blog.com

Texte Articles - Impressions littéraires et artistiques en provenance d'une terre inconnue : le Bugey

Quand deux plasticiens appellent leurs amis artistes à ne pas oublier ...

Publié le 11 Août 2017 par Marie-Hélène Chiocca in Henri Gruvman, Appel à la paix, Marie-Hélène Chiocca, création 2017, Bugey, Serge Marie, Stephanie Caldy, Théâtre de la transformation, plasticiens, commémoration 6 et 9 août1945

Autour de leur exposition Acteurs de Paix, du 30 juillet au 15 août, 382 grande rue 01260 Champagne, tous les jours de 15Hà 20H, sauf lundis.

Autour de leur exposition Acteurs de Paix, du 30 juillet au 15 août, 382 grande rue 01260 Champagne, tous les jours de 15Hà 20H, sauf lundis.

L’Appel à la paix de Serge Marie et Stéphanie Caldy, Galerie Agua Caliente, les dimanche 6 et mercredi 9 août 2017  

 

Le 6 et le 9 août derniers, Serge Marie et Stéphanie Caldy, ont ouvert l’atelier Agua Caliente à leurs amis artistes du théâtre, tous appelés à œuvrer sur le thème de la paix, en mémoire des explosions atomiques d’Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945.

 

Dans un lieu magnifié par les peintures de Serge et Stéphanie, un petit public curieux de paix et d’art a lui aussi répondu à l’invitation des artistes sans trop savoir ce qui l’attendait … les deux soirées furent une surprise pétrie d’énergie et de douceur, et les artistes tous différents, tous engagés dans leur art et le désir de répondre à cet appel à la paix.

 

En vrac …  en clown engagé, Thierry Morisset a  d’abord essayé de faire gagner des permis de séjour au jeu des devinettes, avant de se transformer en grand témoin des destructions. Rajni, la conteuse, puis Rama, actrice du Théâtre de la Transformation, nous ont témoigné d’autres vies où la survie est un combat et aussi une école d’espérance. Le dimanche soir 6 août, Bernard avait fait voyager nos tympans, de grands bols blancs aux gongs de l’Asie vers le son d’immenses tambours de peaux tendues des Indiens d’Amérique. Dans l’intervalle, Daisy et Georges avaient apporté, l’œil complice, la musique chaude de l’Amérique latine d’où ils sont originaires. Dans cet entrelacs de cultures, de couleurs et de sons, moi-même et Henri Gruvman avons lancé le mercredi 9 août A Cris et A Murmures dans l’espace de cette galerie sur la musique céleste de Bellini... Revenus sur terre, la poésie et l’humour ont eu le dernier mot dans la langue imaginative et visuelle inventée par Henri.  

Quand deux plasticiens appellent leurs amis artistes à ne pas oublier ...
Quand deux plasticiens appellent leurs amis artistes à ne pas oublier ...
Quand deux plasticiens appellent leurs amis artistes à ne pas oublier ...
Quand deux plasticiens appellent leurs amis artistes à ne pas oublier ...
Quand deux plasticiens appellent leurs amis artistes à ne pas oublier ...
Quand deux plasticiens appellent leurs amis artistes à ne pas oublier ...

Un cri a été lancé dans la langue du murmure …

 

J’ai regardé le ciel. Immense. Affleurant aux crêtes des montagnes. J’avançais vers l’horizon. Le ciel semblait s’ouvrir. … J’ai vu un point rouge jaillir. Comme une larme. « Le sang », ai-je pensé.

 

Ce n’était pas possible. J’ai fermé les yeux de mon âme pour ne plus voir ce sang et regarder le ciel : montagne blanche d’hiver glacé, où le ciel s’ouvre comme une aurore, éblouissante.

(...)

En cet espace, vous le dirai-je, hommes et poètes deviennent voyants (...)

 

A Cris et A murmures, Marie-Hélène Chiocca, 2015 - Tableau 1. Extrait. Inédit.

Commenter cet article